Résolution de conflit à la récréation


Articles, Ecole, Education, Mes vidéos /
Partagez l'article s'il vous a plu :-)

Résolution de conflit à la récréation

Dans cette vidéo, je réponds aux questions de Sandrine sur la résolution de conflit à la récréation.

Bon visionnage 🙂

C’est le 21e article de mon défi blog.

Voici la transcription de la vidéo si vous ne pouvez pas l’écouter parce que vous êtes dans le train et que vous avez oublié vos écouteurs 😉

Présentation de NaturEducation

Salut les enseignants !

Je suis Vanessa Beauverd du blog Ecole-et-bienetre.com. J’ai créé ce blog pour accompagner les enseignants qui souhaitent transformer leur façon d’enseigner afin d’être au plus proche de leurs valeurs et des besoins de l’enfant.

Dans cette vidéo, je réponds à la question de Sandrine qui me demande :

Comment éviter que des conflits reviennent à la récréation ?

Comment faire, lorsqu’un des élèves (après le conflit), ne veut pas entendre l’autre ou n’a pas les mêmes préoccupations que l’autre élève ?

Sandrine met déjà en place, l’expression des émotions et des besoins avec ses élèves. Elle aimerait savoir ce qu’elle peut faire de plus.

Résoudre le conflit chez l’adulte ou chez les enfants ?

Tout d’abord, il est important de savoir à quoi on répond lorsqu’on veut gérer un conflit. Répond-on à notre besoin d’adulte et à notre valeur “justice” ? Ou répond-on aux besoins des enfants ?

Parfois, les enfants n’ont pas besoin de résoudre un conflit comme nous on l’entend.

Il m’est arrivé, lors d’un conflit entre élèves, de me dire que l’un d’entre eux devait être vraiment blessé. Qu’il devait se sentir mal, vexé ou triste suite aux agissements de l’autre élève. Et puis … pas du tout !

La première chose à laquelle il faut donc faire attention : Est-ce notre besoin ou le besoin des enfants ?

Aider l’enfant qui est en demande, lors de la gestion de conflit

Un enfant vient vers nous en disant, par exemple, que son camarade ne veut pas s’excuser et qu’il a besoin de ses excuses. Je vous propose de faire référence à la Communication Non Violente. C’est-à-dire que l’on peut faire une demande, mais elle ne doit pas être une exigence. On doit alors pouvoir accepter un “non”.

Une demande ne doit pas être une exigence.

C’est à nouveau, nous les adultes, qui allons nous dire : “Ça doit être dur pour cet enfant, je veux vraiment que l’autre s’excuse !” Il m’arrive de voir des enseignants ou des surveillants qui vont obliger un autre élève à s’excuser alors qu’il n’a pas envie et c’est son droit. Pour nous, c’est vraiment difficile de l’accepter. Et en même temps, c’est peut-être aussi la situation que doit vivre l’autre enfant en demande. Afin d’apprendre que certaines personnes ne s’excusent pas. Des personnes qui sont peut-être méchantes, selon lui, et qui n’ont même pas envie de s’excuser.

Dans cette situation, la personne à aider, c’est l’enfant qui “souffre”. C’est celui qui vous fait la demande. C’est celui qui est triste parce que l’autre ne s’est pas excusé. En l’aidant à exprimer ses émotions et ses besoins. Rien qu’en les exprimant, parfois, le besoin est satisfait.

Communication NonViolente

Je vous propose d’aller lire l’article que j’ai fait sur la Communication Non Violente qui explique les bases. Vous verrez ainsi les étapes OSBD, si vous ne les connaissez pas encore, de la CNV. Il existe différentes manière de permettre à un enfant d’exprimer ces émotions. Il y a des méthodes qui sont données à travers des formations. Vous avez peut-être déjà entendu parler de la méthode TiPi. Elle propose à l’enfant de se centrer sur ce qu’il ressent et uniquement là-dessus. Et ensuite … ça disparait. Cela paraît incroyable, mais c’est réel.

Nous, les adultes, avons besoin de voir ou d’entendre une réparation (suite à un conflit). Nous avons besoin d’explications. Nous passons beaucoup par le mental. Alors que les enfants n’en ont pas forcément besoin.

Rien que de permettre à l’enfant blessé, qui aura peut-être vécu un sentiment d’injustice, de le ressentir. De prendre confiance en lui. Petit à petit, il ne revivra pas forcément ces mêmes expériences et ces mêmes conflits.

Résumé des réponses concernant la résolution de conflit

Je vous propose, lors de prochains conflits … et à toi Sandrine : Quand tu assisteras à ces conflits et que ça n’est pas OK pour toi. Regarde déjà si c’est ton sentiment ou celui de l’élève. Si c’est le tien, c’est à toi de travailler dessus.

Si c’est le sentiment de l’élève, je te propose de regarder avec celui qui te fait une demande. Celui qui n’est pas en demande d’aide, laisse-le retourner à ses occupations. Retourner à ses jeux. Et l’autre, aide-le. Fais ce que tu sais faire : expression des émotions et des besoins 🙂

Avez-vous des questions ?

FeedbackSi tu as d’autres questions Sandrine ou si VOUS avez d’autres questions, n’hésitez pas à me les mettre dans les commentaires sous la vidéo (ou sous cet article). Ou encore à me les écrire à vanessa@ecole-et-bienetre.com.

Je me réjouis de répondre, dans la mesure de mes possibilités, à vos questions 🙂

À bientôt !
MERCI d’avoir regardé cette vidéo !

Vanessa BeauverdVANESSA BEAUVERD Enseignante formée en Coaching, Discipline Positive, Communication NonViolente (CNV), Ludocréativité et Programmation Neuro-Linguistique (PNL). Vous pouvez me suivre sur Facebook, Instagram et Youtube
"Ton bien-être contribue à celui de tes élèves !"
Recherches utilisées pour trouver cet article :être bien en récréation, gestion de conflit école récréation, livre conflit dans récréation, resolution de conflit
Partagez l'article s'il vous a plu :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.